This article is available in: PDF HTML

A coordinated health communication campaign addressing casino and sports gambling among undergraduate students

Aaron J Diehr, Marilyn Rule, Tavis Glassman, Quri R Daniels-Witt, Fatoumata Saidou

Abstract


Research has outlined many negative effects of disordered gambling. While gambling disorder exists among all US sociodemographic groups, college students are particularly vulnerable. This study describes a health communication approach commonly studied in the intervention of college behaviors such as risky alcohol/substance use and sexual activity. Specifically, two health communication messages targeting casino and sports betting disordered gambling were distributed at a Midwestern US public research university, and central intercept techniques were utilized to collect quantitative and qualitative data assessing student reception. Results revealed females preferred the casino message more than males (U = 4696.50, p < .05) and stated more often that the advertisement would appeal to friends (U = 4745.50, p < .05). Individuals who lost more money than they intended to lose 1–2 times understood the message more than those persons who never gambled (U = 946.50, p < .05) and those persons who never lost more than planned (U = 249.50, p < .05). Students who first gambled at ages 16–18 liked the casino message less than those students who first gambled at 13–15 (U = 208.00, p < .05) and the students who had never gambled (U = 1656.00, p < .05). For the sports betting message, the only significant association was between students’ understanding of the advertisement and race/ethnicity (c2(5) = 14.095, p < .05). Based on our findings, we suggest a health communication approach might be effective to raise awareness about gambling disorder among college students. We recommend researchers develop targeted materials with support of college administrators to deter disordered gambling.

Résumé

La recherche a mis en relief de nombreux effets négatifs du jeu pathologique. Bien qu’on retrouve des problèmes de jeu dans tous les groupes sociodémographiques américains, les étudiants constituent une classe particulièrement vulnérable. Cette étude décrit une approche de communication sur la santé qui est couramment étudiée pour effectuer des interventions sur les comportements à risque observés dans les collèges et universités, tels que la consommation d’alcool ou de drogues et l’activité sexuelle. Plus précisément, on a distribué deux messages sur la santé ciblant les jeux de hasard et les jeux de paris sportifs dans une université de recherche publique du Midwest américain, et on a eu recours à des techniques centrales d’interview pour recueillir des données quantitatives et qualitatives évaluant la réception des messages par les étudiants. Les résultats ont révélé que les femmes ont préféré les messages du casino davantage que les hommes (U = 4696,50, p <0,05) et ont plus souvent dit que l’annonce intéresserait les amis (U = 4745,50, p <0,05). Les personnes qui ont perdu au jeu une à deux fois de plus que prévu ont davantage saisi le message que ceux qui n’ont jamais joué (U = 946,50, p <0,05) et que ceux qui n’ont jamais perdu plus que prévu (U = 249,50, p <0,05). Les étudiants qui ont joué pour la première fois entre 16 et 18 ans ont moins aimé le message du casino que les étudiants qui ont joué la première fois entre 13 et 15 ans (U = 208, p <0,05) et que les étudiants qui n’avaient jamais joué (U = 1656, p <0,05). Pour le message sur les paris sportifs, la seule association significative était celle entre la compréhension de l’annonce par les étudiants et la race/l’origine ethnique, c2 (5) = 14,095, p < 0,05. Selon nos constatations, nous sommes d’avis qu’une approche de communication sur la santé pourrait être efficace pour sensibiliser les étudiants aux problèmes du jeu. Nous recommandons donc aux chercheurs de concevoir du matériel ciblé, avec le soutien des administrateurs de collèges et d’universités, pour dissuader les comportements de jeu pathologique.


Full Text:

PDF HTML


DOI: http://dx.doi.org/10.4309/jgi.2018.37.4

Copyright © 2017 | Centre for Addiction and Mental Health
Editor-in-chief: Sherry Stewart, Ph.D.
Managing Editor: Vivien Rekkas, Ph.D. (contact)