This article is available in: PDF

Self-exclusion and imposed exclusion as strategies for reducing harm: Data from three Swiss Casinos

Suzanne Lischer, Juerg Schwarz

Abstract


Swiss gambling legislation is unique in that it includes health concerns and obligations for gambling operators. Specifically, the operators are required to provide social measures for the prevention of problem gambling. Moreover, gamblers with financial problems must either be banned from all casinos in Switzerland or exclude themselves. This study examines the reasons that lead to the application for a voluntary exclusion. It also considers to what extent excluded gamblers circumvent their respective prohibitions. Furthermore, it aims to identify the self-reported reasons why gamblers seek to lift the exclusion. The present study is the first of its kind to examine these questions, using data provided from three Swiss Casinos. A first step in the study involved analyzing the data obtained by trained Shift Managers during interviews with 8,170 gamblers, with the interviews taking place between 2006 and 2015. An invalidated casino questionnaire, based on DSM-IV criteria, was also completed by 3,650 participants from this sample. A second step involved evaluating forms. These forms were the documents completed during interviews with 1,005 gamblers who had successfully applied to have their interdiction terminated, with the person responsible for implementing social measures completing the forms. The findings indicated that most players had found other ways to gamble, during the exclusion period. The main reason gamblers gave for wishing to remove their ban was wanting to be able to visit a casino again. The possible reasons for this discovery are discussed, alongside the benefits and drawbacks of using industry-generated data.

Résumé 

La législation suisse sur les jeux est unique en ce sens qu’elle inclut les problèmes de santé et des obligations pour les opérateurs de jeux. Plus précisément, ces derniers sont tenus de prévoir des mesures sociales pour prévenir la dépendance au jeu. De plus, les joueurs qui ont des problèmes financiers doivent soit être exclus de tous les casinos suisses, soit s’en exclure de manière volontaire. Cette étude examine les raisons qui sous-tendent la demande d’exclusion volontaire. Elle examine également dans quelle mesure les joueurs exclus contournent leur exclusion et elle vise à déterminer les raisons invoquées par les joueurs pour demander la levée de l’exclusion. La présente étude est la première du genre à examiner ces questions, en utilisant les données fournies par trois casinos suisses. Une première étape de l’étude a consisté à analyser les données obtenues auprès de 8 170 joueurs par des chefs de quart qualifiés, entre 2006 et 2015. De cet échantillon, 3 650 participants ont également répondu à un questionnaire non validé sur les casinos, basé sur les critères du DSM-IV. Une deuxième étape a consisté à évaluer les formulaires que la personne responsable de l’application des mesures sociales avait remplis lors d’entretiens auprès de 1 005 joueurs qui avaient réussi à faire lever leur exclusion. Les résultats indiquent que la plupart des joueurs ont trouvé d’autres moyens de jouer pendant la période d’exclusion. La principale raison invoquée par les joueurs pour la levée de leur exclusion est qu’ils souhaitaient pouvoir se rendre à nouveau dans un casino. Nous discutons des raisons possibles de cette situation, ainsi que des avantages et des inconvénients de l’utilisation de données générées par le secteur.


Full Text:

PDF


Copyright © 2017 | Centre for Addiction and Mental Health
Editor-in-chief: Sherry Stewart, Ph.D.
Managing Editor: Vivien Rekkas, Ph.D. (contact)