This article is available in: PDF HTML

Are General and Activity-Specific PGSI Scores Consistent?

Eva Monson, Sylvia Kairouz, Matthew Perks, Nicole Arsenault

Abstract


Gambling research has highlighted substantial activity-specific differences in gambling behaviours, but measures of problem gambling remain non-specific. This paper aims to examine the consistency of general versus activity-specific Problem Gambling Severity Index (PGSI) scores among a sample of moderate-risk and problem gamblers in Québec, Canada. Correlations and t tests were conducted to examine associations and differences between general and activity-specific PGSI scores. Results were analyzed by number of activities reported and activity rank for lottery, video lottery terminals (VLTs), and slot machines and suggested that PGSI scores may not accurately reflect problem gambling severity for all specific activities. General and activity-specific PGSI scores were more highly correlated when lottery was the primary activity, whereas for VLTs, scores were highly correlated regardless of number or rank of activities. General PGSI scores were significantly higher than activity-specific scores for lottery, but general and activity-specific scores were not significantly different for VLTs, demonstrating that the PGSI is a better indicator of activity-specific scores for some forms of gambling over others. Researchers conducting population surveys should exercise caution in assigning general PGSI scores to specific activities.

Résumé

La recherche sur le jeu a mis en évidence des différences majeures dans les comportements de jeu spécifiques à des activités, mais les mesures du jeu problématique demeurent non spécifiques. L’étude vise à examiner la cohérence entre les scores généraux de l’indice de gravité du jeu problématique (IGJP) et ceux propres à des activités parmi un échantillon de joueurs à risque modéré et de joueurs compulsifs en [province, pays]. Des corrélations et des tests de Student ont été effectués pour examiner les associations et les différences entre les scores IGJP généraux et ceux spécifiques à des activités. Analysés en fonction du nombre d’activités déclarées et du classement des activités de loterie, d’appareils de loterie vidéo (ALV) et de machines à sous, les résultats laissent entendre que les scores IGJP pourraient ne pas refléter avec précision la gravité du jeu pathologique en ce qui concerne des activités particulières. Dans le cas où la loterie était l’activité principale, les scores IGJP généraux et ceux propres à l’activité étaient très fortement corrélés; pour les appareils de loterie vidéo, les scores étaient fortement corrélés, quels que soient le nombre ou le classement des activités. En ce qui concerne la loterie, les scores IGJP généraux étaient largement plus élevés que les scores propres à l’activité, mais ils n’étaient pas très différents dans le cas des ALV, ce qui démontre que l’IGJP est un meilleur indicateur seulement pour certaines formes de jeu. Les chercheurs qui mènent des enquêtes auprès de la population doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils attribuent des scores IGJP généraux à des activités spécifiques.


Keywords


gambling, problem gambling, Problem Gambling Severity Index, activity-specific, assessment, lottery, video lottery terminals, slot machines

Full Text:

PDF HTML


DOI: http://dx.doi.org/10.4309/jgi.2019.41.3

Copyright © 2019 | Centre for Addiction and Mental Health
Editor-in-chief: Sherry Stewart, Ph.D.
Managing Editor: Vivien Rekkas, Ph.D. (contact)