This article is available in: PDF

Promoting cross-sector collaboration and input into care planning via an integrated problem gambling and mental health service

Laura E McCartney, Vicky Northe, Susannah Gordon, Evan Symons, Robert Shields, Anthony Kennedy, Stuart J Lee

Abstract


While problem gambling and mental illnesses are highly comorbid, there are few examples of integrated problem gambling and mental illness services. This has meant that it is unclear whether such services are needed, why they may be utilised, and how they operate to support clients impacted by the comorbidity and clinicians providing them care. This study reported on data collected via telephone questionnaire-assisted interviews of 20 clients and 19 referrers who had accessed one such Australian integrated problem gambling and mental illness program between July 2014 and June 2016. Data revealed that clients often were referred in the context of psychiatric or psychosocial crisis, or when clinicians encountered clients who were not making progress and wanted a second opinion about diagnosis and treatment. Improved management of illness symptoms or gambling behaviour were commonly reported benefits and a number of clients reported gaining a feeling of reassurance and hope following assessment due to gaining a deeper understanding of their issues and available treatment options. Access to dual specialist problem gambling and mental illness expertise may therefore enhance treatment planning, management during crises and cross-sector collaboration to enhance access to and the impact of care for people experiencing comorbidity.

Resume

Bien que le jeu problématique et les maladies mentales aient un taux élevé de comorbidité, il existe peu d’exemples de services intégrés pour le jeu et la maladie mentale. En d’autres termes, il n’est pas clair si de tels services sont nécessaires, à quelles fins ils peuvent être utilisés et la manière dont ils fonctionnent pour aider les clients touchés par cette comorbidité et les cliniciens qui leur fournissent des soins. La présente étude a rendu compte des données recueillies lors d’entretiens assistés par un questionnaire téléphonique menés auprès de 20 clients et de 19 répondants qui avaient eu accès à l’un des programmes australiens intégrés de lutte contre le jeu problématique et la maladie mentale entre juillet 2014 et juin 2016. Les données révèlent que les clients étaient souvent recommandés à d’autres services dans le contexte d’une crise psychiatrique ou psychosociale ou lorsque les cliniciens rencontraient des clients qui n’avaient pas fait de progrès et qui souhaitaient obtenir un deuxième avis sur le diagnostic et le traitement. Une gestion améliorée des symptômes de la maladie ou du comportement de jeu constituait des avantages souvent rapportés, et un certain nombre de clients ont déclaré avoir ressenti du réconfort et de l’espoir après une évaluation, en raison d’une meilleure compréhension de leurs problèmes et des options de traitement disponibles. L’accès à une double expertise en matière de jeu problématique et de maladie mentale peut donc améliorer la planification du traitement, la gestion de crise et la collaboration intersectorielle afin d’améliorer l’accès aux soins et l’incidence des soins pour les personnes souffrant de cette comorbidité.


Keywords


gambling; mental health; comorbidity; integrated care; user feedback

Full Text:

PDF


Copyright © 2019 | Centre for Addiction and Mental Health
Editor-in-chief: Sherry Stewart, Ph.D.
Managing Editor: Vivien Rekkas, Ph.D. (contact)