This article is available in: HTML PDF jgi: p. 1

Journal Information
Journal ID (publisher-id): jgi
ISSN: 1910-7595
Publisher: Centre for Addiction and Mental Health
Article Information
The Centre for Addiction and Mental Health
Publication date: September 2016
First Page: 1 Last Page: 7
Publisher Id: jgi.2016.33.1
DOI: 10.4309/jgi.2016.33.1

Editorial: Announcing the Winner of the Inaugural JGI Scholar’s Award for Research Excellence (Category A: Clinical, Social, and/or Policy Research) Éditorial : Annonce du gagnant de la bourse inaugurale JGI pour l’excellence en recherche (Catégorie A : recherche clinique, sociale ou politique)
Sherry H. Stewart, PhD, Editor-in-Chief
Sherry H. Stewart, PhD, rédactrice en chef

In 2015, the Journal of Gambling Issues (JGI) Editorial Board announced our plans to institute an annual Scholar’s Award. The goal of this new award was to support outstanding scholars in the problem gambling research area. We hoped to increase submissions to the journal from up-and-coming gambling researchers and to profile their work each year in a special issue. Graduate scholars and postdoctoral fellows conducting research in problem gambling were invited to submit their best work for consideration for the award and for publication in the journal. We invited submissions in two streams: Category A – Clinical, Social, and/or Policy Research; and Category B – Cognitive, Developmental, Biobehavioral, and/or Neuroimaging Research. We received more submissions than we had anticipated: a total of 13, six for Category A and seven for Category B. Submitted articles underwent the normal double-blind peer-review process that we use at the JGI for regular research manuscripts. All manuscripts that passed the peer-review process were then sent to one of two sets of judges (one set for each stream) comprising members of the JGI Editorial Board. The judges for a given stream represented expertise across the research domains within the stream (e.g., Category A had clinical, social, and policy expertise represented across the judges). Judges conducted independent, blind evaluations of the manuscripts in their stream on five dimensions: (1) innovation of design and concept, (2) theoretical contribution, (3) coverage of the relevant literature, (4) scientific rigor, and (5) quality of the analysis and discussion. Each judge assigned ratings on a scale of 1–10 to each paper in each of these five dimensions. A total score on a scale of 5–50 was calculated for each paper for each judge and the three judges’ scores were totalled for each paper. The highest total score across judges determined the winning paper. The judges’ contributions in reviewing and rating the papers submitted for the Scholar’s Award are very much appreciated.

Given the relatively large number of submissions and the high rate of success of the submissions in the peer-review process, we have decided to publish the two streams of papers in two separate special sections of the Journal. In this issue, we announce the winner of the Inaugural Scholar’s Award for Category A: Clinical, Social, and/or Policy Research. We also devote a section of this issue to the publication of the six Category A submissions, including the winning Category A paper. The announcement of the Category B winner and a second special section devoted to publication of the accepted Category B papers will appear in the next issue of the JGI.

All six submissions in Category A passed the peer-review process. The Category A judges had a hard task in front of them in selecting a winner. Judges reported being impressed with the quality of the submissions. They reported that the papers are all well written and that each makes a contribution to the exploration of the particular dimension of problem gambling that is their focus. In spite of the difficult job they were tasked with, the judges produced ratings that were quite consistent and a clear winner emerged.

It gives me great pleasure to announce the winner of the JGI Scholar’s Award for Category A. Our inaugural winner is Stergios Xouridas, a PhD candidate at the Gambling Research Center at the University of Hohenheim in Stuttgart, Baden-Württemberg, Germany. His current research interests include the statistical epidemiology of gambling and the spatial distribution of electronic gambling machines. He will be awarded a prize of $1,000 Canadian in recognition of his fine work. Xouridas is conducting his doctoral research under the supervision of Professor Tilman Becker. His winning paper is entitled “An Ecological Approach to Electronic Gambling Machines and Socioeconomic Deprivation in Germany.” Given the substantial evidence internationally of a positive association between the density of electronic gambling machines (EGMs) and greater participation in and expenditure on gambling (see review by Vasiliadis, Jackson, Christensen, & Francis, 2013), as well as the observed associations between socio-economic variables (e.g., unemployment and immigrant status) and problem gambling (Lesieur & Blume, 1987), Xiourdas et al. examined whether there was a statistical association between EGM density and indices of socio-economic deprivation across 244 communities within Baden-Württemberg state in Germany. Xiourdas and colleagues’ careful analysis found significant associations between the EGM density in a community and three socio-economic indices: unemployment rates, migrant status, and high school education levels within the community. The strongest association was the positive correlation between EGM density and rates of unemployment. Their results have important implications that argue for an area-based harm minimization policy. Specifically, Xiourdas and colleagues suggest that EGM densities should be decreased specifically in communities with high levels of unemployment in order to protect a segment of the population who are most vulnerable to accessible gambling activities. Xiourdas et al. recognize that they are suggesting policy implications from data that are not conclusive regarding causality (i.e., correlational data). Nonetheless, they cite the “principle of precaution” from international law (Andorno, 2004). They argue that this principle supports making policy decisions in the area of public health on the basis of evidence that is not conclusive whenever serious harms to human health might be anticipated if preventative action is not taken.

While Xiourdas’ paper emerged as the clear winner, the remaining five Category A submissions were of notably high quality as well. Three clinical papers examined new therapeutic modalities for problem gamblers or their significant others. One study by Nicole Nayoski of the University of Calgary and her supervisor examined the efficacy of a therapy approach adapted for assisting concerned significant others of problem gamblers (i.e., Community Reinforcement and Family Training [CRAFT]). This randomized controlled trial (RCT) found greater effect sizes for outcomes for both the concerned significant others and the problem gambler for those who received the CRAFT intervention as a therapist-supported individual intervention than those randomized to a self-help version of the CRAFT intervention. Another study by Melissa Stewart of Dalhousie University and her colleagues used a case series approach to conduct a pilot evaluation of a new therapeutic approach for problem gamblers that involves matching the therapeutic strategies to the primary motivation underlying the problematic gambling behavior (i.e., enhancement/action or coping/escape). The results of this case series show promise for this new ‘BEAT Gambling’ intervention in reducing a variety of problematic gambling indices at both immediate post-treatment assessment and 3- and 6-month follow-ups paving the way for a more stringent test of this new intervention approach. A study by Nicholas Harris of Lakehead University and his supervisor used the RCT method to examine the efficacy of a novel group-based cognitive behavioral therapy (CBT) intervention designed specifically for internet problem gamblers. Their promising results showed superior outcomes on three of four gambling indices for those randomized to the active CBT intervention relative to those assigned to a waiting list control, and these therapeutic gains were maintained at 3-month follow-up. In addition to these clinical papers, we also had submissions in the social and policy subcategories. A French language contribution by Annie Goulet of the University of Laval and her colleagues examined the interesting construct of ‘economic violence’ (i.e., domination behaviors involving financial control) in the context of the family lives of problem gamblers from the perspective of the gamblers’ female partners, using a case-control methodology. Women in a relationship with a problem gambler were shown to be more likely than controls to have experienced conjugal economic violence behaviors (e.g., partner hiding financial information to ensure continuation of his gambling activities) and to have committed economic violence behaviors themselves (e.g., limiting the partner’s access to finances often as a protective strategy), underlining the complex nature of conjugal economic violence in the context of problem gambling. The final paper by Tess Armstrong from Central Queensland University and her colleagues (“Crimping the Croupier”) should win a prize for the most creative title! Their study involved a national environmental scan in Australia to identify features of gaming products in which electronic and mechanical automation has replaced or enhanced human croupiers. Survey results revealed that automation has led to gambling products that can intensify players’ level of engagement, with the unfortunate attendant potential for increases in gambling-related harm. This study paves the way for in vivo research to examine this concerning issue more thoroughly.

We hope you will enjoy reading this set of impressive contributions from these emerging scholars in the problem gambling field. We look forward to announcing the inaugural Category B Scholar’s award winner, and to publishing the accepted Category B papers, in a special section of our next issue of the Journal.

En 2015, le comité de rédaction du Journal of Gambling Issues (JGI) a annoncé son projet d’instituer une bourse de recherche annuelle. Le but de cette nouvelle bourse vise à soutenir les chercheurs d’exception dans le domaine des problèmes liés au jeu compulsif. Notre intention était d’augmenter l’envoi d’articles à la revue de la part de chercheurs œuvrant dans ce domaine et de présenter chaque année leurs travaux, dans un numéro spécial. Les chercheurs boursiers de cycles supérieurs et les boursiers de recherches postdoctorales qui effectuent des recherches sur la dépendance au jeu ont été invités à soumettre leurs meilleurs travaux pour l’obtention de la bourse et leur publication dans le journal. Nous avons donc lancé l’invitation à soumettre un dossier dans l’un des deux volets : la catégorie A pour la recherche clinique, sociale ou politique; et la catégorie B pour la recherche cognitive, développementale, biocomportementale ou en neuroimagerie. Or, nous avons reçu plus de propositions que prévu : sur un total de treize, six étaient de la catégorie A et sept de la catégorie B. Les articles présentés ont été soumis à l’examen à double insu par les pairs qui collaborent normalement avec JGI pour les documents de recherche réguliers. Tous les manuscrits qui ont réussi l’examen par les pairs ont ensuite été envoyés à l’un des deux groupes de juges (un groupe pour chaque catégorie), formés des membres du conseil éditorial du JGI. Les juges d’un groupe donné apportaient une expertise dans les domaines de recherche de la catégorie (p. ex., pour la catégorie A, on retrouvait parmi les juges des experts en recherche sociale, clinique et politique). Les juges ont évalué de manière indépendante et à l’aveugle les manuscrits de leur catégorie en tenant compte de cinq critères : 1) l’innovation sur le plan de la conception et des notions, 2) la contribution théorique, 3) la couverture de la documentation pertinente, 4) la rigueur scientifique et 5) la qualité de l’analyse et de la discussion. Chaque juge a attribué une note sur une échelle de 1 à 10 à chaque document, en fonction de chacun des cinq critères. Un pointage total sur une échelle de 5 à 50 a été donné à chaque document, par chacun des juges, et le pointage total des trois juges a été calculé pour chaque document. Le gagnant est celui qui a eu le pointage total le plus élevé. Les contributions des juges pour l’examen et la notation des documents soumis pour la bourse de recherche ont été d’un apport précieux.

Étant donné le nombre relativement important de documents soumis et leur taux élevé de succès dans l’examen par les pairs, nous avons décidé de publier les deux catégories de documents dans deux sections spéciales distinctes du Journal. Dans le présent numéro, nous présentons le gagnant de la première bourse JGI pour l’excellence en recherche, dans la catégorie A : recherche clinique, sociale ou politique. Nous consacrons également une section de ce numéro à la publication des six documents soumis dans la catégorie A, y compris le document qui a remporté la palme. Le prochain numéro de JGI fera connaître le gagnant de la catégorie B et comportera également une section spéciale consacrée à la publication des documents acceptés de cette catégorie.

Les six documents présentés dans la catégorie A ont réussi l’examen par les pairs. Les juges de la catégorie A ont en effet eu la difficile tâche de sélectionner un gagnant. Ils ont déclaré avoir été impressionnés par la qualité des documents soumis : ils étaient bien rédigés et chacun apportait une contribution à l’exploration de la dimension particulière de la problématique du jeu abordée. Malgré la difficulté de la tâche qui leur incombait, les juges ont produit un barème tout à fait cohérent et ont pu désigner un gagnant de manière précise.

C’est avec grand plaisir que je vous présente le gagnant de la bourse de recherche JGI de la catégorie A. Notre premier lauréat est Stergios Xouridas, un candidat au doctorat au Gambling Research Center de l’Université de Hohenheim, à Stuttgart, Baden-Württemberg, en Allemagne. Ses sujets de recherche actuels portent notamment sur l’épidémiologie statistique des jeux de hasard et la distribution géographique des machines de jeux électroniques. Il recevra une bourse de 1 000 $ canadiens en reconnaissance de son excellent travail. Monsieur Xouridas mène ses recherches de doctorat sous la direction du professeur Tilman Becker. L’article qui lui a valu la première place est intitulé « An Ecological Approach to Electronic Gambling Machines and Socioeconomic Deprivation in Germany » [Une approche écologique aux machines de jeu électroniques et la défavorisation socio-économique en Allemagne]. En tenant compte de la preuve substantielle à l’échelle internationale d’une corrélation positive entre la densité des appareils électroniques de jeu et la participation et les dépenses en jeux (voir l’analyse faite par Vasiliadis, Jackson, Christensen et Francis, 2013), et des liens observés entre les variables socio-économiques (p. ex., chômage et statut d’immigrant) et les problèmes de jeu (Lesieur et Blume, 1987), monsieur Xiourdas et ses collègues ont examiné s’il y avait une association statistique à faire entre la densité et les indices de privation socio-économique dans 244 communautés de l’état du Bade-Wurtemberg, en Allemagne. Lui et ses collègues ont minutieusement analysé les associations significatives constatées entre la densité de ces appareils dans une communauté et trois indices socio-économiques : le taux de chômage, le statut d’immigrant et le taux de diplomation au niveau secondaire au sein de la communauté. L’association la plus forte était la corrélation positive entre la densité des machines de jeu et le taux de chômage. Leurs résultats ont une portée telle qui encourage la création d’une politique de réduction des dommages par secteur. En particulier, Stergios Xiourdas et ses collègues suggèrent que la densité des appareils de jeux puisse être réduite dans les communautés où le taux de chômage est élevé afin de protéger un segment de la population qui est plus vulnérable aux activités de jeux de hasard qui se trouvent à leur portée. L’auteur et ses collègues reconnaissent qu’ils proposent des implications en matière de politique d’après des données qui ne sont pas concluantes quant à la causalité (c.-à-d., les données de corrélation). Néanmoins, ils appliquent le « principe de précaution » du droit international (Andorno, 2004). De leur avis, ce principe justifie la prise de décisions politiques dans le domaine de la santé publique, même en l’absence de preuves concluantes, chaque fois que de graves préjudices pour la santé humaine pourraient se produire si des mesures préventives n'étaient pas prises.

Bien que le document de monsieur Xiourdas se soit nettement démarqué pour l'obtention de la bourse, les cinq autres documents présentés dans la catégorie A sont aussi de très haute qualité. Trois documents cliniques portent sur de nouvelles modalités thérapeutiques pour les joueurs compulsifs ou leurs proches. Une étude réalisée par Nicole Nayoski de l’Université de Calgary et son superviseur examinait l’efficacité d’une approche thérapeutique adaptée pour aider les proches de joueurs compulsifs (p. ex., la formation Community Reinforcement and Family Training [CRAFT]). Cet essai clinique randomisé a permis de constater des effets plus importants pour les proches concernés et le joueur compulsif qui ont reçu la formation CRAFT dans le cadre d’une intervention individuelle soutenue par un thérapeute que les candidats randomisés qui ont suivi la formation CRAFT en version libre-service. Une autre étude réalisée par Melissa Stewart de l’Université Dalhousie et ses collègues a utilisé une série de cas pour procéder à une évaluation pilote d’une nouvelle approche thérapeutique pour les joueurs compulsifs. Cette approche consiste à déterminer des stratégies thérapeutiques en fonction de la principale motivation sous-jacente à la compulsion (p. ex., valorisation/action ou adaptation/fuite). Les résultats de cette étude de cas sont prometteurs pour la nouvelle forme d’intervention BEAT Gambling en ce qui concerne la réduction de divers signes de compulsion, à la fois immédiatement après l’évaluation post-traitement et de trois à six mois après l'intervention. Cette étude ouvre la voie à une série de tests rigoureux pour cette nouvelle approche d’intervention. Pour sa part, Nicholas Harris de l’Université Lakehead, avec son superviseur, a réalisé un essai clinique randomisé pour étudier l’efficacité d’une nouvelle thérapie cognitivo-comportementale de groupe, conçue spécifiquement pour les joueurs compulsifs sur Internet. Les résultats prometteurs ont été supérieurs pour trois des quatre indices de jeu pour les personnes ayant suivi une thérapie cognitivo-comportementale par rapport à celles du groupe témoin placé sur une liste d’attente, et ces gains thérapeutiques ont été maintenus à trois mois de suivi. En plus de ces documents cliniques, nous avons aussi reçu des documents dans les sous-catégories sociale et politique. Une contribution de langue française par Annie Goulet de l’Université de Laval et ses collègues apportait un éclairage sur l’instauration de la « violence économique » (c.-à-d. les comportements de domination incluant un contrôle financier) dans la vie familiale des joueurs compulsifs, abordée du point de vue de leurs partenaires féminins, en utilisant une méthodologie de cas-témoins. Les femmes en relation avec un joueur compulsif couraient plus de risques que les témoins de connaître des comportements de violence économique conjugale (p. ex., dissimulation de l’information financière à la conjointe pour assurer la poursuite des activités de jeu) et d’avoir elles-mêmes des comportements de violence économique (p. ex., limiter l’accès du partenaire aux finances, souvent comme stratégie de protection). Cette analyse met en relief la nature complexe de la violence conjugale économique dans le contexte du jeu compulsif. Le document final présenté par Tess Armstrong de l’Université Central Queensland et ses collègues (« Crimping the Croupier » [Enchâsser le croupier]) devrait remporter un prix pour le titre le plus créatif. Cette étude portait sur une analyse contextuelle nationale menée en Australie pour répertorier les caractéristiques des produits de jeu dans lesquels l’automatisation électronique et mécanique a remplacé ou amélioré les croupiers humains. L’analyse révèle que l’automatisation a conduit à des produits de jeu qui peuvent rehausser le niveau de participation des joueurs et présentent un potentiel d’augmentation des dommages liés au jeu. Cette étude ouvre la voie à une recherche in vivo pour examiner cette question de manière plus approfondie.

Nous souhaitons que la lecture de cette série de contributions impressionnantes de la part de nouveaux chercheurs dans le domaine du jeu compulsif vous soit d’un grand apport. Nous avons hâte d’annoncer le gagnant de la bourse de recherche de la catégorie B et de publier les documents acceptés dans cette catégorie, dans une section spéciale de notre prochain numéro.


References
Andorno, R.. ( 2004). The precautionary principle: A new legal standard for a technological age. Journal of International Biotechnology Law, 1, 11–19.
doi:10.1515/jibl.2004.1.1.11
Lesieur, H. R.. et Blume, S. B.. ( 1987). The South Oaks Gambling Screen (SOGS): A new instrument for the identification of pathological gamblers. American Journal of Psychiatry, 144, 1184–1188.
Vasiliadis, S. D.. Jackson, A. C.. Christensen, D.. et Francis, K.. ( 2013). Physical accessibility of gaming opportunity and its relationship to gaming involvement and problem gambling: A systematic review. Journal of Gambling Issues, 28, 1–46.
doi:10.4309/jgi.2013.28.2

Article Categories:
  • editorial/éditorial

Related Article(s):


Copyright © 2019 | Centre for Addiction and Mental Health
Editor-in-chief: Sherry Stewart, Ph.D.
Managing Editor: Vivien Rekkas, Ph.D. (contact)